Célébration des anciens récipiendaires des subventions de la fondation de l’ACTRM !

Célébration des anciens récipiendaires des subventions de la fondation de l’ACTRM !

Célébration des anciens récipiendaires des subventions de la fondation de l’ACTRM !


Winnie Li, TRM

J’ai la chance d’avoir trouvé une belle carrière de radiothérapeute, une profession qui concilie les soins aux patients avec une technologie innovante et de pointe. J’ai travaillé au Princess Margaret Cancer Center pendant 8 ans avant de décider de poursuivre des études supérieures. Pendant cette période, j’étais une radiothérapeute de recherche engagé dans la transposition des avancées technologiques en pratique clinique. La décision de poursuivre un diplôme de maîtrise n’a pas été facile à prendre, car la charge financière de l’école et le fait de ne pas travailler à plein temps étaient des éléments que je devais prendre très au sérieux. Cependant, j’ai compris que pour faire avancer ma profession et ma carrière, il était essentiel d’obtenir un diplôme de maîtrise. Avec l’aide de la Fondation de l’ACTRM, le fardeau financier s’est allégé et je me suis concentrée à exceller dans mon programme.

J’ai obtenu ma maîtrise en sciences à l’université de Toronto en 2014. Mon mémoire portait sur la conception de la marge de traitement pour les patients subissant une radiochirurgie stéréotaxique au scalpel gamma pour des tumeurs cérébrales. Tout au long de cette expérience, mes connaissances et ma vision de la radio-oncologie et de la physique se sont renforcées, ce qui m’a permis de mieux comprendre les exigences des soins personnalisés pour le cancer. Ce travail a également contribué à la mise en œuvre de nouvelles techniques d’immobilisation et de guidage de l’image sur le scalpel gamma.

Actuellement, je travaille sur le MR-linac, une machine qui intègre le guidage de l’image par RM et la radiothérapie adaptative. Dans ce cadre, je me concentre sur la mise en œuvre sûre de cette nouvelle technologie, sur l’efficacité du flux de travail clinique, tout en dirigeant et en contribuant à une pratique fondée sur des données probantes. La pensée critique et les compétences analytiques acquises au cours de mes études de maîtrise ont certainement contribué à ma confiance et à mon succès dans cet environnement multidisciplinaire dynamique.

Les études supérieures rehaussent le profil du radiothérapeute car elles valident nos capacités de penseurs et de chercheurs indépendants. Grâce au soutien de la fondation, un plus grand nombre de membres de l’ACTRM pourront atteindre cet objectif. Merci, Fondation de l’ACTRM, pour votre généreux soutien!

 


Amanda Johnston, TRM

Je m’appelle Amanda Johnston et je suis une technologue en radiation médicale spécialisée en radiographie. Je suis diplômée du programme de diplôme avancé en technologie des radiations médicales du Fanshawe College en 2009 et du programme de diplôme en imagerie médicale Charles Sturt en 2017. Je suis actuellement coordonnatrice de la radiographie générale au London Health Sciences Centre, campus de Victoria.

Je suis très reconnaissant à la Fondation car j’ai bénéficié de ses services à deux reprises. En mai 2015, j’ai reçu une des bourses de la Fondation de l’ACTRM qui m’a permis d’obtenir un baccalauréat en sciences appliquées en imagerie médicale. De plus, j’ai gagné un cours complet gratuit de l’ACTRM à l’AGA de 2018, qui m’a permis d’étudier la gestion de projet pour les professionnels de la santé.

Mon baccalauréat m’a permis de faire progresser mes connaissances en matière de radiobiologie et de sécurité, de mieux comprendre et de faire la critique de la recherche et d’apprécier l’importance d’utiliser les meilleures pratiques actuelles. Grâce à cet apprentissage, j’ai pu mettre au point un système d’alerte aux radiations pour les patients de notre laboratoire de cathétérisme cardiaque, ce qui a été bénéfique à la fois pour le patient et pour le service. En outre, notre étude sur la dose de radiation du patient pendant les procédures de cathétérisme cardiaque a été publiée dans le British Institute of Radiology. Dans mon rôle actuel de responsable de l’imagerie médicale, j’applique régulièrement les processus et les outils appris dans mon cours de gestion de projet pour mettre en œuvre le changement et encourager mes collègues à remettre en question le statu quo.

La formation continue pour les TRM est essentielle et la Fondation de l’ACTRM est d’un grand soutien à cet égard.

 

Keith Sutherland, TRM

Je vous écris pour remercier la Fondation de l’ACTRM pour son soutien dans ma poursuite de la formation continue. L’aide financière offerte par la Fondation de l’ACTRM a été extrêmement utile et m’a permis de faire une maîtrise entre 2015 et 2018.

Grâce à l’aide de la Fondation de l’ACTRM, j’ai pu obtenir une maîtrise en administration des affaires à l’Université du Manitoba. J’ai trouvé cette opportunité d’éducation personnellement et profession-nellement satisfaisante, mais en contraste flagrant avec nos professions de TRM basées sur la science. Les cours de finance, de marketing, de comptabilité, de chaîne d’approvisionnement, d’économie et de leadership étaient très différents des cours de physique et de soins aux patients de l’école de radiothérapie! Bien qu’il soit différent, je pense que ce type d’enseignement m’a bien servi dans mes fonctions de direction actuelles au sein de CancerCare Manitoba. Elle m’a permis de combiner mon expérience passée des soins aux patients et la méthodologie des affaires, dans le but d’améliorer les processus et de donner au personnel les moyens de mieux répondre aux besoins de nos patients. J’encourage tous ceux qui sont intéressés par un poste de direction à explorer les possibilités de formation qui complètent notre solide base scientifique de TRM.

Merci encore à la Fondation CAMRT pour son aide. Le travail de la Fondation de l’ACTRM pour soutenir la formation continue des TRM est superbe et inestimable alors que nous faisons progresser ensemble les professions de TRM.

 

 


Julie Avery, TRM

Je crois fermement que l’apprentissage tout au long de la vie est une composante de la vie professionnelle. Cette quête n’est pas toujours facile, surtout si l’on tient compte du temps et du coût des diplômes supérieurs. La Fondation de l’ACTRM joue un rôle essentiel pour de nombreux TRM qui s’efforcent de poursuivre leur formation. Au cours des cinq années d’études à temps partiel qu’il m’a fallu pour terminer ma maîtrise en administration de la santé, j’ai reçu plusieurs subventions pour m’aider à compenser une partie du fardeau financier associé aux frais de scolarité. Il est important de célébrer cet avantage en tant que membre et le travail de la CAMRTF.

L’obtention de ma maîtrise a été une étape cruciale pour moi dans la réalisation des possibilités de leadership de carrière officielles. Présentement, je suis directeur général et registraire du Nova Scotia College of Medical Imaging and Radiation Therapy Professionals (NSCMIRTP), un poste pour lequel je n’aurais pas été considéré sans les compétences supplémentaires acquises grâce à mon programme de MHA. C’est un rôle qui me donne la possibilité de contribuer de manière significative et d’avoir un impact sur la politique et la réglementation des soins de santé dans la province de Nouvelle-Écosse et au niveau national pour les professions de l’imagerie médicale et de la radiothérapie. Je serai toujours reconnaissant du soutien reçu de la Fondation de l’ACTRM pour m’aider à faire progresser mes possibilités de carrière en tant que TRM.


Michael Velec, TRM
Après avoir exercé en tant que radiothérapeute et chercheur-thérapeute de première ligne, j’ai décidé de poursuivre des études supérieures. D’une part, cette décision a été facile à prendre car je savais que mes recherches allaient probablement améliorer les soins aux futurs patients atteints de cancer. D’autre part, quitter un poste à temps plein était une perspective financièrement difficile. J’ai eu la chance de bénéficier d’une subvention de membre de la Fondation de l’ACTRM pendant plusieurs années pour me soutenir financièrement, et j’ai terminé un doctorat en sciences médicales en 2014. Mes études doctorales m’ont permis de développer une pensée critique et des compétences analytiques, et surtout m’ont appris à aborder de nouveaux problèmes que je n’avais pas encore rencontrés. J’ai vraiment apprécié l’exposition et la perspective de ceux avec qui j’ai collaboré, notamment des physiciens, des oncologues et d’autres chercheurs.

Ces compétences, combinées à mon expérience clinique, sont maintenant mises à profit quotidiennement dans mon poste actuel de radiothérapeute-clinicien scientifique. Mes intérêts de recherche actuels sont très variés, allant du développement de techniques qui améliorent la précision de la radiothérapie, à l’interprétation des résultats cliniques tels que le contrôle des tumeurs et les effets secondaires, en passant par le développement de nouveaux modèles de pratique qui permettent de mieux soutenir les patients.

Alors, merci à la Fondation de l’ACTRM pour son soutien aux technologues en radiation médicale ! J’espère que ces subventions continueront d’être offertes aux membres de notre association professionnelle et qu’elles profiteront en fin de compte aux patients grâce à l’amélioration des soins.

 

 

Amanda Bolderston, TRM

Après le secondaire, à l’âge de 18 ans, je suis entré dans un programme de diplôme en radiothérapie en milieu hospitalier au Royaume-Uni. Personne dans ma famille n’étant allé à l’université et ayant reçu le message que l’université n’était pas pour moi, j’ai pensé qu’être TRM serait un bon emploi, sûr. J’étais loin de me douter que ce serait le début de la carrière que j’ai aujourd’hui. Il m’a fallu quelques années de travail, un déménagement au Canada et un congé après la mort de mon père pour me rendre compte que je voulais un défi et que j’étais plus que capable de faire des études universitaires. Après encore quelques années (OK, plus que quelques années), j’ai commencé à chercher un doctorat. J’étais alors une éducatrice et j’avais déjà publié pas mal de choses. J’essayais également de faire démarrer un projet de recherche depuis au moins dix ans. Le sujet était basé sur mon expérience de lesbienne et de radiothérapeute, c’était donc un projet très personnel, et qui ne correspondait pas à la plupart des travaux de recherche de doctorat entrepris. Après de nombreuses recherches, j’ai trouvé le programme de doctorat en Éducation de l’UBC et me suis lancée dans un parcours de cinq ans qui a transformé ma vie, tant sur le plan personnel que professionnel.

Ma première publication pendant mes études doctorales a été une collaboration qui a examiné les inégalités en matière de santé dont souffrent les lesbiennes, les gays, les bisexuels, les trans et les homosexuels (LGBTQ) et ce que les TRM pouvaient faire pour les aider et leur apporter un soutien. À l’époque, c’était le premier article, dans ce domaine, publié dans l’une des principales revues de sciences de radiation médicale. J’ai demandé une bourse aux Instituts de recherche en santé du Canada, avec le soutien de mon superviseur, et je me suis jointe à un groupe d’autres étudiants diplômés de tout le pays pour créer un site web destiné aux patients LGBTQ atteints de cancer. QueeringCancer.ca a été lancé l’année dernière et propose un soutien par les pairs, des récits et un répertoire de ressources spécifiques aux LGBTQ.

J’ai cofondé le premier groupe de BC Cancer pour soutenir les patients issus de minorités sexuelles et de genre et j’ai plaidé en faveur de politiques et de processus inclusifs. Depuis que j’ai intégré le corps professoral du programme de radiothérapie de l’université d’Alberta, j’ai continué à promouvoir une meilleure éducation des TRM dans le domaine de la santé des LGBTQ. Notre document sur l’évaluation des programmes d’études vient d’être accepté par le JIMSR, et nous travaillons à améliorer la diversité de nos cours pour toutes les populations minoritaires. En termes d’impact national, je suis en train de développer une série de cours avec l’ACTRM (Questions d’identité) sur la santé LGBTQ spécifiquement pour les TRM. J’ai continué à m’associer avec des chercheurs et des universitaires du monde entier pour défendre les intérêts des patients LGBTQ et des professionnels de la santé.

La Fondation de l’ACTRM a fourni le soutien financier nécessaire pour mon doctorat, et je suis très reconnaissante à l’ACTRM et à la Fondation de leur collecte de fonds inlassable pour soutenir le développement professionnel continu des TRM. Le fait de savoir que j’avais une source de financement pour mes études m’a permis de m’engager dans mon doctorat en éducation et de concilier ma passion pour la recherche et mon dévouement à la profession.

 

No Comments

Post a Reply